Spectacle magnifié !

Mercredi 26 octobre, c'est sous un (trop) éclatant soleil d'automne qu'a eu lieu notre deuxième expérience de version augmentée, magnifiée, sublimée de La beauté de l'humanité.

Deux après-midi durant, nous avions occupé le mail Binet - ce large tronçon de rue piétonne entre le jardin Binet et les équipements sportifs juste en face. Un quartier de la porte Montmartre, dans le 18ème arrondissement de Paris, qui mérite bien qu'on l'habite joliment. Notre mission alors : recruter des volontaires pour faire choeur avec nous dans notre spectacle. Eh oui, un spectacle dans lequel on chante le partage et la solidarité comme piste positive d'avenir en ce monde bien surchauffé, un spectacle qui s'intitule "la beauté de l'humanité", il lui fallait bien un choeur pour nous aider à mettre tout notre coeur à contribuer à notre manière à la prise de conscience nécessaire face aux dérèglements du climat. Nous étions encore tout éblouis par notre précédente expérience similaire du 8 octobre...


Dans ce projet, il s'agit d'emporter un groupe de volontaires à participer avec nous à la représentation, au sein d'un choeur burlesque qui souligne les actions, les émotions traversées, et contribue à leur donner une dimension encore plus universelle ! Nous tâchons de diffuser au maximum notre appel à participant.e.s préalablement aux ateliers-répétitions (en informant les abonné.e.s à notre Lettre d'information, en affichant notre appel dans les résidences et structures alentours...), mais surtout, nous comptons sur l'énergie joyeuse que nous déployons sur place pour donner envie aux passant.e.s de nous rejoindre. Bien sûr, avec un peu d'affichage sur le lieu et des explications rapides du projet. Et ça fonctionne ! Les petits sont tout contents de gigoter à l'unisson avec nous, les parents ne peuvent pas faire autrement qu'y aller de leur participation, les plus grands nous observent d'abord timidement puis plongent avec nous. Certains, certaines ne font que passer, quelques minutes, quelques dizaines de minutes, d'autres reviennent fidèlement, et certaines arrivent le jour de la représentation parfaitement au point sur les déplacements et actions à effectuer - et aussi avec un peu de trac ! Pour nous, tout est bon, tout fait du bien. Même ces grands gaillards qui scrutent et miment de loin nos gesticulations ! Ça vit, ça rit, ça récite la prière au dernier ours polaire comme une supplique évidente et immémoriale. C'est génial.

Deux belles journées d'initiation à l'art du choeur et de répétition du spectacle, et puis, au troisième jour, le maquillage, les costumes, le public ! Sur place, nous recrutons encore des petit.e.s participant.e.s de dernière minute. Une seule injonction : faites comme Annabelle, notre coryphée en cheffe du jour ! Bien sûr, ce choeur n'est pas parfait. Mais nous non plus ! Nous-mêmes nous considérons encore "en création" sur ce spectacle. Et nous ne nous lassons pas de l'infinie beauté de toutes ces présences si parfaitement pleines: découvrir un spectacle en même temps que tu y participes, dissoudre ton écoanxiété dans la catharsis avant même d'y être encore véritablement confronté.e, n'est-ce pas merveilleux ? Et que dire de ce tout petit comparse costumé qui faisait la sieste dans nos déchets de plastique de théâtre pendant que son frère et sa maman jouaient à la Beauté de l'humanité ? L'espoir en l'humanité incarné. Ni plus ni moins.

Catherine Richon

Photos tirées de la captation vidéo réalisée par Slaven Rébélo


C'était

La beauté de l'humanité

Par le duo DON'T FEED THE CAT (Benjamin Balthazar Lebigre & Catherine Richon)

les 24, 25 et 26 octobre

Sur le mail Binet, rue Binet, Paris 18ème

Dans le cadre de la fête du zéro déchet organisée par le Centre Social La Maison Bleue, Paris 18ème. Un projet soutenu par Paris Habitat et la Ville de Paris.

Derniers billets
RSS Feed

BLOG

Archives
Recherche par mot-clé
Suivez-nous !
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square